17 décembre 2020

Un étudiant de Reims lance sa marque de vêtements de sport recyclés

Anthropocène, c’est le pari de Sendo Raphaël Elota. Après un service civique à Reims, cet étudiant en commerce a décidé de créer une marque de sport éthique, faite à partir de matières recyclées (déchets textiles et bouteilles plastiques).  

anthropocene

Depuis l'enfance, Sendo Raphaël Elota a une seule obsession : avoir un impact positif autour de lui. Pendant plusieurs mois, il s'engage dans un service civique à la Direction des déchets du Grand Reims. Chaque jour, ce jeune homme constate l’ampleur du gâchis. C'est le déclic : il va recycler des rebuts en vêtements. « Je me suis rendu compte de ce que les déchets représentaient. Il y a seulement 1% des habits qui sont valorisés. »

Pourquoi les vêtements ? Artiste dans l'âme, amateur de poésie, de slam et de danse, cet étudiant en commerce à Reims a choisi la mode comme moyen d'exprimer son engagement. L'industrie textile est la deuxième plus polluante au monde derrière le secteur pétrolier. Les matières utilisées pour les tenues sportives sont, pour la plupart, conçues à partir de ressources fossiles. Exemple : le polyester est un dérivé du pétrole. 

Du grec ancien anthrôpos, « être humain » et de kainos, « nouveau », anthropocène définit l’impact de l’homme sur la planète. « Quand j’ai découvert ce mot, j’étais à une conférence sur l’écologie. J'ai voulu prendre un terme qui témoigne du challenge. » Pour ce défi, Sendo Raphaël utilise deux tissus innovants. L'un issu de déchets textiles et l'autre créé à partir de bouteilles plastiques repêchées par l'association Seaqual. 

Il semblait donc naturel que l'ensemble de la production soit réalisée en France, à moins de 700 km de Reims. À titre de comparaison, les vêtements parcourent en moyenne 60.000 km. Du design à la confection, des ateliers français se sont associés au projet de ce jeune créateur.

anthropocene

Article entier à lire sur le site de France 3

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/anthropocene

Photo : © Olga Gasnier

S'inscrire à la newsletter