BA112_Reims
13 mai 2019

Hollywood à Reims !

Depuis deux ans, la société de production Making Prod a installé ses studios au sein de l'ancienne base aérienne située aux portes de Reims. Une activité qui pourrait perdurer de nombreuses années.

Depuis la fermeture de la base aérienne 112 en 2008, il y a eu la création de la Ferme 112 en 2016, rebaptisée depuis Terralab. Derrière cette dénomination se cache un pôle dont l'objectif est la recherche de systèmes de production innovants répondant aux principes de la bio-économie pour répondre aux défis de l'agriculture de demain. Actuellement, 80 hectares de la base sont utilisés en ce sens, sur des terrains déjà cultivés lorsque le site était encore occupé par l'armée de l'air. Mais ce n'est pas tout à fait la seule activité de Terralab. Disposant de grands hangars dont elle n'a pas l'utilité, Terralab en loue actuellement deux d'une surface de 6 000 m2 à la société Making Prod. Spécialisée dans la production de séries pour la télévision, elle les a réaménagés en studios de tournage. Et cela fait maintenant 18 mois que ça dure. C'est là qu'en 2018 une partie des douze épisodes de la 6e saison de la série « Cherif », diffusée sur France 2, ont vu le jour. L'ex-base aérienne 112 accueillant notamment les reconstitutions du commissariat et de l'appartement du héros interprété par Abdelhafid Metalsi. Une expérience que Making Prod a trouvé résolument positive puisqu'elle a enchaîné dans la foulée le tournage d'une nouvelle série policière, toujours pour la chaine publique, intitulée « Double Je » dans ses studios de l'ex-BA 112.

« Nous avons d’autres séries en développement et on les amènera systématiquement à Reims. En région parisienne, il n’y a plus de friches disponibles ou de sites industriels avec un tel confort de surface et d’insonorisation. Et avec ces hangars à avions, les possibilités sont infinies. » Si on y ajoute comme autre atout la proximité de Reims par rapport à la capitale, qui permet notamment aux acteurs comme aux équipes de parfois faire l'aller-retour dans la journée, cette reconversion inattendue de l'ex-base aérienne 112 en studios de tournage pourrait bien s'inscrire dans la durée.

decor_makingprod_reims

Deux chiffres seulement pour montrer l’engouement grandissant pour Reims. « En 2017, nous avons eu sur le secteur 42 journées de tournage. En 2018, 124 », indique Pascal Mangin, président de l’agence culturelle Grand Est. « On monte en puissance. Le potentiel est énorme. La marge de progression encore importante. »

Certes, à Reims, « il n’y a ni la mer ni la montagne mais les décors naturels valent sacrément le détour ! », assure Pascal Mangin.

L’agence culturelle Grand Est liste des lieux susceptibles de servir de décors naturels, telles les maisons de champagne et leurs crayères remarquables.

L’agence souligne la variété des styles de construction : du parc d’affaires de Bezannes à la cité-jardin du Chemin-Vert, en passant par la richesse patrimoniale historique de Reims (Art déco, Art nouveau), elle met en avant aussi l’ancien collège des Jésuites devenu SciencesPo et les halles du Boulingrin.

Source : L'Hebdo du Vendredi et l'Union Reims et crédits photos : Making Prod

Partager sur les réseaux sociaux :
S'inscrire à la newsletter