viliaprint_reims
20 juillet 2021

Les premières maisons imprimées en 3D béton arrivent à Reims

Ce mode de construction se veut plus respectueux de l’environnement, plus rapide et plus pratique, malgré un surcoût estimé de 20 à 25% par rapport à la normale.

Après les États-Unis, la Russie ou encore les Pays-Bas, les maisons imprimées en 3D en béton arrivent en France. Cinq de ces logements sont en cours d’installation au cœur de l’écoquartier Rema’Vert à Reims (Marne). Initié par le bailleur social Plurial Novilia, ce projet, intitulé Viliaprint, souhaite rendre opérationnelle la technologie de l’impression 3D dans la construction de logements sociaux. Le premier mur a été posé début juin, et la finalisation des travaux est prévue pour le 24 décembre 2021, de quoi faire des heureux à la veille de Noël.

Trois années de recherche ont été nécessaires pour faire approuver la construction de maisons imprimées en 3D en béton par le Centre Scientifique et technique du Bâtiment (CSTB). «Sans cette certification obtenue en octobre 2020, on n’aurait pas pu mettre ces maisons sur le marché locatif, explique Jérôme Florentin, directeur de la maîtrise d’ouvrage de Plurial Novilia. Pour l’obtenir, on a travaillé d’arrache-pied avec l’entreprise de construction Demathieu Bard, la start-up XtreeE pour l’impression 3D, le groupe cimentier Vicat, le bureau d’études Sixense necs ou encore l’architecte Emmanuel Coste de l’agence Coste Architectures».

Implantées dans un écoquartier rémois, ces maisons imprimées en 3D se veulent également respectueuses de l’environnement. Le ciment constituant le béton est faible en emprunte carbone et des matériaux biosourcés ainsi que des produits naturels sont utilisés, à l’image du bois pour les fenêtres ou de l’huile de lin pour l’étanchéité.

reims

Lire la suite de l'article sur Le Figaro Immobilier

S'inscrire à la newsletter